Le
Vrai
Journal

La notion d’intérêt général peut varier selon le pays par rapport aux intérêts particuliers.

En France l’intérêt général est compris comme la ‘volonté générale’ du plus grand nombre. A titre général, il n’est pas admis, bien que l’on note depuis quelques années une évolution sur ce point, que les groupes d’intérêts (lobbies) puissent tenter d’influencer les représentants de la Loi (les parlementaires).

Bref, faire en sorte que l’intérêt particulier soit toujours contraint de céder à l’intérêt général pour l’avantage de tous et que les coalitions d’intérêts soient réduites voir abolies.

Cette volonté est-elle applicable dans l’évolution de nos sociétés démocratiques représentatives ?

Les contestations permanentes vis-à-vis des représentants Elus, des corps intermédiaires, des institutions en place qui sont les moteurs même de la démocratie, par des groupuscules ou des minorités agissantes en se faisant valoir ou prévaloir des vertus de la démocratie participative et/ou de bienveillance en jouant sur les leviers de la solidarité et autres actions de cœur que personne ne peut contester tellement elles reposent sur des valeurs d’humanisme, ébranlent les fondamentaux même de la démocratie représentative.

Or, en démocratie c’est normalement le peuple qui décide et non les organisations ou autres qui devraient traduire dans leurs actes la volonté du plus grand nombre afin de tendre vers l’intérêt général.

Dans le même ordre d’idée, qu’en est-il des intérêts privés vis-à-vis de cette notion d’intérêt général ?

L’intérêt particulier se caractérise par le souci de ce qui va dans le sens qui est favorable, qui constitue un avantage personnel et en particulier un attachement exclusif à l’argent. C’est agir par intérêt.

C’est vrai dans le domaine économique, social, politique…

Mais, c’est aussi vrai pour les individus qui agissent pour obtenir un avantage personnel de la part, soit d’un autre individu, soit d’une institution publique ou privé.

Dès lors, comment converger vers l’intérêt général  et faire en sorte qu’il soit de l’intérêt de chacun d’être vertueux, notamment pour ceux qui exercent des fonctions électives donc publiques, lesquels doivent en toute circonstance rester exemplaire.

L’éducation, le savoir et le droit à travers les lois qui organisent la vie collective des membres d’une société en fixant les limites d’actions des individus qui la compose compatible avec l’ensemble des libertés de tout un chacun, ne peut que les aider à converger vers l’intérêt général.

Les contrepouvoirs que peuvent être les institutions, les corps intermédiaires, les médias, mais aussi malgré les effets pervers, les réseaux sociaux, sont autant de garants pour réduire les comportements incompatibles avec l’intérêt général

En fait, cette notion d’intérêt général est vaste et complexe. Ainsi, ne pourrait-on pas dire que l’addition des intérêts particuliers peut aussi conduire à l’intérêt général ?

Vaste sujet de réflexions où tout concourt à sacrifier l’intérêt général au profit de l’intérêt privé/particulier tant les enjeux individuels peuvent primer sur toute autre considération en rapport avec la déontologie, la morale, le respect d’autrui.

 

Le 9 septembre 2019 – GB

C’est avec une certaine émotion que Bruno Lafon se présentait vendredi pour son dernier rapport moral du Syndicat des Sylviculteurs.
D’abord, il est revenu sur la tempête de 2009 et depuis les 210 000 hectares reboisés sur 230 000 hectares détruits et la fierté de voir ce travail phénoménal accompli de plantation, de remise en valeur de nos forêts accompli en dix ans, un temps record. Plus »

Il est de mise depuis la nuit des temps de parler d’égalité et rarement d’équité.

Or, ces deux termes ont une connotation bien différente, en effet :

– L’équité fait référence à des notions d’impartialité et de justice,

– L’équité étant le moyen de parvenir à l’égalité pour le plus grand nombre

Mais, le pouvoir, les privilèges mais aussi le genre, la diversité, la santé, le niveau d’éducation, de revenues, de capacité, … créent l’iniquité. Peut-on donc changer et améliorer les situations d’iniquité pour atteindre le plus d’égalité possible dans la vie de tous les jours ?

L’équité  repose sur la volonté de comprendre les gens et de leur donner ce dont ils ont besoin pour s’épanouir et vivre des vies saines. Par ailleurs, l’égalité repose sur la volonté d’offrir la même chose à toutes les personnes pour qu’elles puissent s’épanouir et vivre des vies saines. Tout comme l’équité, l’égalité vise à promouvoir la justice, mais l’égalité ne peut être atteinte que si tous les individus partent du même point de départ et ont les mêmes besoins.

C’est pourquoi, chaque société au fil du temps s’est organisée pour améliorer le quotidien des humains  De la cellule familiale à une prise en charge par la collectivité  des politiques d’éducation (Ecole obligatoire) de Santé (vaccination, prévention, actions sur le tabagisme, l’alcool, l’alimentation, les activités sportives, la  prise en charge des risques…) de services à la personne (garde d’enfants, d’hébergement des personnes âgées,…) d’Emploi (développement économique, Agence de l’emploi…) d’amélioration de la sécurité, d’accès à la Culture ; l’ensemble de cet arsenal concourt à gommer les iniquités entre les individus et de fait à améliorer l’égalité de traitement entre eux.

Ces outils que sont les politiques publiques se déclinent au plan local et chaque collectivité en fonction des spécifiés peuvent corriger, amender celles-ci en introduisant des actions concrètes qui se rapprochent le plus possible à la demande.(Exemple mise en place d’une structure pour handicapés, de cellule pour aider au premier emploi …etc)

Or, les seules politiques publiques ne peuvent à elles seuls tendres vers une égalité maximum sans parler de droits individuels et collectifs. Ceux-ci sont intimement liés et à l’origine de la laïcité.

Être impartial  et s’appuyer sur  des droits reconnus par la loi sont des critères qui doivent  permettre  aux sociétés d’être plus équitable, donc plus égalitaire.

Utopie ?

« La première égalité, c’est l’équité » citation de Victor Hugo.

Vaste sujet de réflexion à l’heure où l’individualisme et le tout pour soi et le tout, tout de suite, sont érigés en dogme.

Égalité : Donner la même chose à tous                             Équité : Être juste en chaque situation

 

 

Le 15 Septembre 2019 – GB

 

 

  • De quoi s’agit-il ?
  • A quoi sert-il ?
  • Quelles contraintes, quels espoirs ?

La définition du patrimoine est vaste et se confond généralement  avec l’histoire de la Nation, légué par des générations qui nous ont précédé et qu’il nous appartient de transmettre aux générations futures. En ce sens, il relève du bien commun. Plus »