AGIR
POUR VOTRE
AVENIR

Le Maire de Biganos, Bruno LAFON, a été élu président de la communauté d’Agglomération par ses pairs avec un résultat au-delà de 90%. Les conseillers communautaires des huit communes de la COBAN lui ont renouvelé leur totale confiance, sachant que Les enjeux de demain pour notre Communauté d’Agglomération sont considérables !
Il a toujours eu pour ambition de faciliter notre quotidien, d’être à l’écoute, de répondre aux attentes, d’encourager les initiatives, de préserver et développer notre territoire.


« J’espère qu’ à travers mes convictions, je vous fais partager toute la passion que j’ai pour notre Bassin d’Arcachon, qui évolue, qui se transforme mais qui doit, il faut y veiller à l’avenir, conserver sa qualité de vie, son environnement, son savoir-faire et son savoir vivre. Les six années à venir sont un tournant important pour BIGANOS et la COBAN. Ils marquent l’acte fondateur d’une dynamisation réfléchie et plus innovante ».
La démocratie a pu reprendre ses droits après cette période exceptionnelle. Notre Maire a été réélu avec une forte majorité sur son projet de mandat mais aussi président de la COBAN par ses membres qui valident son investissement pour défendre les intérêts du Nord Bassin. Seule une voix s’est opposée à sa désignation et vous pouvez deviner laquelle !

Cela met un terme aux affirmations bienveillantes sur un mystérieux dossier qui devait l’empêcher d’être éligible. En cette période compliquée par des événements successifs, le vote démocratique rappelle qu’une liste politique ayant pour objectif uniquement le discrédit personnel entraîne un sentiment de défiance auprès des électeurs et restera toujours minoritaire dans les assemblées décisionnaires. Une vision politique ne se construit pas contre une personne en s’alliant maintenant à ses adversaires d’hier, mais proposer des projets fédérateurs pour le bien de nos concitoyens. Aujourd’hui, tous nos élus sont liés par un destin commun au service des collectivités et ce choix s’est porté sur la liste de Bruno LAFON pour notre commune et son projet de territoire pour sa réélection à la COBAN.

Une des délibérations du Conseil Municipal du Mercredi 11 décembre concernait la vente d’un délaissé de terrain communal enclavé. Il s’agit d’une parcelle située au Lieu-dit Pujeau Mongrand d’une surface de 145m2. Dans le cadre des échanges de terrains qui ont eu lieu afin de permettre la construction de l’EHPAD Les Pilets, la Commune est restée propriétaire de cette parcelle. Aujourd’hui, les riverains entourant ce terrain ont clôturé et l’entretien de cette propriété communale est devenu impossible. Maintenant elle est donc inaccessible et envahie par de hautes herbes.

Pour solutionner la situation des riverains qui subissent les désagréments liés à ces difficultés, ils ont fait connaître leur intérêt d’acquérir ce terrain qui jouxte leur propriété. La commune n’ayant aucun intérêt à conserver cette parcelle, une estimation a été demandée au Pôle d’évaluation domanial qui a rendu un avis sur sa valeur vénale. Compte tenu des caractéristiques du terrain et de l’état actuel du marché de l’immobilier, la valeur a été estimé à 2190€ soit une valeur de 15€ le m2. L’avis du domaine conclu qu’une marge de négociation de 15% est possible.

Il s’agit seulement d’une estimation. Le marché de l’immobilier est déterminé par l’offre et la demande. Un terrain enclavé, inaccessible et non constructible ne permet pas d’espérer beaucoup d’offres d’achat. Ainsi, la commune a dû délibérer pour une proposition d’achat faite par un riverain à hauteur de 1500€, c’est à dire 300 euros de moins que l’estimation basse proposée par le Pôle d’évaluation domanial.
Cette situation n’a pas échappé à la vigilance sans faille de la chef de file de l’opposition. Elle paraissait outrée par cette perte sèche de bénéfices pour la commune (300€), en argumentant que l’intérêt général doit prévaloir sur l’intérêt particulier et il aurait été plus intéressant pour la commune de vendre cette parcelle à un prix plus élevé. Pourquoi pas, sans voir aucune malice dans son intervention… Mais le bât blesse avec sa vision de l’intérêt général quand elle prétend qu’il valait mieux laisser cette parcelle inaccessible et abandonnée au milieu des habitations et des jardins privés plutôt que de la céder à un riverain sous prétexte que la commune allait perdre 300€.

La candidate déclarée aux municipales a donc une conception très personnelle de l’intérêt général. Nous avons plutôt la certitude qu’en acceptant cette offre, l’intérêt général et l’intérêt particulier ont trouvé un point de concordance, pour la meilleure gestion d’une situation.

Chercher la faille, la petite bête ou la virgule qui manque dans chaque délibération uniquement pour trouver quelque chose à dire afin d’apporter la contradiction, n’est pas  constructif pour l’intérêt général.

Enrique ONATE

Bruno Lafon, a toujours répondu aux attentes de ses administrés et mis en place une politique de prévention-tranquillité publique. Celle-ci est guidée avec l’objectif de rassurer la population par une surveillance accrue de l’espace public. Le point sensible pour la sécurité de nos concitoyens se situe autour de la gare. Ce n’est pas une zone de non droit mais un espace public qui attire une petite délinquance provenant souvent des villes extérieures.
La réussite de notre pôle multimodal va bien au-delà de notre ville, mais aussi nous en récoltons seul tous les désagréments.
Bruno Lafon a intensifié des services visant à assurer une présence sur ce terrain susceptible de réduire l’inquiétude des habitants autour de la gare. La police municipale est la traduction concrète de ce souci d’assurer notre sécurité. Son objectif est d’affirmer par une présence régulière autour de la gare une sécurité quotidienne.

Le délit est malheureusement une activité ordinaire de la vie en société dont il faut chercher à se prémunir par la dissuasion. Dans cette optique, il importe de « durcir les cibles » susceptibles d’attirer les délinquants en développant des dispositifs techniques (vidéosurveillance etc…) qui dissuadent le passage à l’acte délictuel, ou tout au moins, en réduisent les chances de succès. Une autre solution serait de densifier les rondes policières en associant la police municipale de Biganos et celles des municipalités utilisatrices du pôle multimodal, permettant ainsi une plus vaste présence policière .

Ces engagements humains et matériels pour rassurer, protéger et veiller sur la tranquillité publique sont indissociables de la volonté affichée par Bruno Lafon d’une politique de traitement systématique de tous les actes mettant en question l’ordre public local.

                                                le pôle multimodal de Biganos

Bruno LAFON a inauguré cette semaine trois locaux commerciaux dans des configurations différentes. Rénovation de l’agence du Crédit Agricole, agrandissement de Leroy Merlin et ouverture de l’enseigne Aldi. Renforcer le développement économique des territoires qu’ils administrent est aujourd’hui l’objectif premier de tous les élus locaux. Qui, en effet, voudrait d’une collectivité sans emplois, sans commerces, sans moyens : en un mot, sans vie ? Plus »

C’est avec une certaine émotion que Bruno Lafon se présentait vendredi pour son dernier rapport moral du Syndicat des Sylviculteurs.
D’abord, il est revenu sur la tempête de 2009 et depuis les 210 000 hectares reboisés sur 230 000 hectares détruits et la fierté de voir ce travail phénoménal accompli de plantation, de remise en valeur de nos forêts accompli en dix ans, un temps record. Plus »