AGIR
POUR VOTRE
AVENIR

Pris dans ce contexte d’urgence en mairie, je tenais à vous adresser enfin ce mardi matin un message de remerciements pour votre mobilisation lors des municipales de ce dimanche.
A Biganos, vous avez montré que la démocratie ne pouvait pas être mise à mal, qu’importe le contexte de crise dans lequel nous nous trouvions. Je suis plus que jamais fier de notre commune et continuerai à tout faire pour être à la hauteur de votre confiance pour construire ensemble le Biganos d’aujourd’hui et de demain.
Prenez soin de vous et de vos proches !

Bruno Lafon

Pour vous consoler voila la video principal de la soirée qui sera suivie d’une deuxième.

A dimanche pour   VOTER  TOUS  ENSEMBLE  BRUNO  LAFON !

 

 

Une élection n’est pas pour nous un évènement comme un autre.

Avec leur bulletin de vote, nos concitoyens, éloignés de toute politique le reste du temps, accomplissent à cette occasion leur seul acte politique. C’est le moment où la dignité de chacune et chacun accomplit son devoir essentiel : décider de ce qui est bon pour tous. Dans le secret de l’isoloir chacun est libre ! C’est  pourquoi le droit de vote est si précieux.
Un jour de vote politique pèse sur tous les événements, des mois, des années durant ! Le vote est le moment d’un rapport de force qui pèse dans notre vie quotidienne !

En cette fin de campagne, nous avons quelques déceptions sur la dignité et le respect que l’on doit à tous nos concitoyens.
Jamais nous n’avons pu débattre projet contre-projet car notre opposante n’a jamais proposé une quelconque ambition pour notre ville.

Il ne faut pas s’y méprendre. Jouer au martyr ne pouvant s’exprimer durant la précédente mandature est une posture de circonstance pour éviter une confrontation de fond.     

Présenter ses propositions, quatre jours avant les élections,  est une parfaite illustration.

Mais le plus choquant fut la fin de campagne qui est bien loin des discours d’une démocratie respectueuse,
grande thématique de notre adversaire :
Affiche maquillée en portrait d’Hitler, désinformation, polémique
.
A propos, nous n’avons jamais entendu notre opposante condamnée cet affichage indigne mais plutôt minimiser l’événement dans son blog:

« Ainsi, le voilà qui s’insurge, en des termes discutables, du fait que son portrait de candidat ait été grimé sur quelques affiches, invoquant un crime de lèse-majesté sur dépositaire de l’autorité publique. »

Cet affichage est un acte grave qui touche à notre démocratie et chacun et chacune d’entre nous doit le condamner fermement sans aucune raillerie.
Quand on brigue un mandat électoral, la crédibilité du candidat vient du respect de son adversaire, du devoir de véracité, de la volonté de ne pas forcer le trait
comme l’a fait durant toute la campagne  Bruno LAFON.
Nous attendions durant cette campagne à une confrontation d’idées pour l’avenir de notre ville. Nous avons surtout partagé des sentiments de mépris à l’égard de Bruno LAFON, voire de rancune personnelle avec une mauvaise foi en toile de fond : dans son document « Bilan, Projet », Bruno Lafon parle concrètement de la ZAC.

Au pays des aveugles, les borgnes sont rois.

C’est la grande désillusion de cette campagne. Cibler une campagne électorale sur « le voter contre » n’est pas à la hauteur des enjeux pour Biganos, ville du vivre ensemble.

Ces incohérences, cette obsession du règlement personnel, cette désinformation du style des habitations à 5 étages, de la spoliation des propriétaires fonciers, d’une grande générosité envers les promoteurs qui peut être contestée devant un tribunal ce que notre opposante n’a jamais fait ,fausse le débat démocratique si cher à ses yeux. Face à cette mystification envers nos concitoyens, chaque vote compte pour agir pour notre avenir.

LE DIMANCHE 15 MARS

 

Toujours aucune proposition pour enrichir notre débat, mais notre opposante distribue un tract pour animer la polémique qui n’a raison d’être avec pour seul objectif d’instaurer des doutes sur la loyauté de Bruno Lafon à protéger les intérêts de nos concitoyens. Malheureusement des méthodes déjà utilisées lors des deux dernières campagnes municipales.  D’abord, il faut raison garder mais surtout rétablir la vérité.

Nous avions déjà écrit un article le 23 Janvier sur ce sujet dans le blog de Bruno Lafon :

La Maitrise d’un dossier

Adopter une position politique au bénéfice de l’intérêt général ne peut se faire qu’en maîtrisant son dossier et mesurer le bénéfice engendré pour la collectivité.

C’est ainsi et afin de faciliter l’aménagement d’une partie de la Ville, que Bruno Lafon a voulu l’adhésion de notre commune à l’établissement Public Foncier crée par la Région Nouvelle Aquitaine.

Cet établissement au service des collectivités n’est en aucun cas un aménageur, ni un promoteur.

 

La réponse écrite de l’opposition fut à la hauteur du bien-fondé de l’intérêt général :

« Nous contestons cette convention au contenu pervers, autoritaire et antidémocratique. Mais, tel l’arthropode cerné de toutes parts par les flammes, le scorpion Boïen finira par s’inoculer son propre venin. »

                      Notre convention est définie : pour notre commune, le montant maximum est de 500 000 € pour une durée de 5 ans. Le périmètre de veille est le centre-ville allant de l’église à gare. Il s’agit d’une convention de veille foncière, permettant de maîtriser le foncier en centre-ville, alors même que la pression foncière par les promoteurs ne cesse d’augmenter et que notre ville est en pleine mutation.

Cette convention n’a ni la vocation ni les moyens de vouloir l’acquisition de tous les immeubles du centre-ville de Biganos entre la gare et l’église. Avec un budget maximum de 500 000€ sur 5 ans cela devient du fantasme.

Mais gérer une commune c’est anticiper et aussi se donner les moyens de le faire en adoptant les outils qui vont rendre possible sa gestion et sa gouvernance.

Il n’y a donc nul besoin que notre opposante lance une alerte rouge… blanche…. Ou bleue. Il n’y a nul besoin de déformer la réalité pour être candidate à une élection. 

Qui peut croire qu’un établissement public de la Région a été créé pour spolier les propriétaires ?

 

L’opposition a enfourché un nouveau cheval de bataille nommé Polémique et non Rossinante, le célèbre cheval de Don Quichotte à la conquête des moulins à vents.  A la fin du roman, il ne faut jamais oublier qu’il rentre penaud à la maison. Nous le saurons le 15 mars au soir.

 

 

Le 15 mars 2020